dimanche 6 janvier 2019

Sauvetages (où est passé mon requin-renard ?)




Damien Hirst. Requin tigre sous formol 

Le  requin-renard n’est pas dangereux pour les humains.  On le pêche pour exploiter sa peau, sa chair, son foie et ses nageoires.
L’autre jour, aux Philippines, un pêcheur a ramené à la rive un requin-renard. Il s’est absenté pendant un moment, probablement pour demander de l’aide. Entre temps,  des éco-touristes ont repéré le requin et l’ont remis à l’eau.   Le film du sauvetage a fait le tour du monde.
Dans un cadre néocolonial  un épisode de ce genre est  tout à fait concevable : le pêcheur autochtone a historiquement tort (il est en retard sur l’évolution de la science et de la morale, il n’a rien compris à la biodiversité) alors que le touriste, qui aime la nature et  la respecte, est du côté de la raison. 
J’imagine la même scène sur le littoral adriatique. Un bonhomme sort de l’eau avec un joli  poulpe qu’il s’apprête à mariner. Un autre bonhomme,  au nom du bien-être animal et du droit à la vie, saisit le céphalopode et le rejette dans l’eau. Ce serait le début d’une guerre civile.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire