lundi 16 mai 2016

Business et tendresse.




Girafe soignée par Mikey





Il y a quelques jours, dans un zoo norvégien, un zèbre en pleine santé a été donné en repas aux tigres. Le public, officiellement,  n'a pas apprécié (certains ont aimé, peut-être, mais ils ne l'ont pas dit).  En 2014, à Copenhague ça a été le cas d'un girafon, dépecé sous les yeux des enfants à des fins didactiques et donné à manger aux  lions. Anna Mannucci m'a  expliqué que, loin  d'être accidentel, ce phénomène est structurel. Pour attirer les visiteurs, qui aiment les scènes de tendresse post-natales (le fameux effet "bisounours" que j'ai déjà commenté), on favorise la naissance de toutes sortes de bébés. Le bébé nait, la presse en parle, les  touristes arrivent. Lorsque le petit  vieillit, puisque ses congénères sont déjà nombreux, il faut l'éliminer. 

Bref au zoo, sans aucun besoin de médiateurs, on passe directement du producteur au consommateur.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire