jeudi 9 mars 2017

Le fait d'avoir un cheval



Honoré Daumier (1808-1879)



"Je descendais seul, à pied, par un sentier étroit et rapide, une montagne au-dessus de Courmayeur ; j'atteignis un homme du pays, monté sur un mulet qui était chargé de deux grosse balles de foin : il allait fort lentement ; j'aurais voulu le devancer et je ne pouvais pas, à moins qu'il ne rangeât son mulet ; je le priai fort honnêtement de le faire, en lui représentant que les mouches de son mulet et la chaleur m'incommodaient beaucoup. Cet homme, qui crut sûrement que je n'allais à pied que parce que je ne pouvais pas mieux faire, me répondit d'un air de dignité vraiment comique «que je devais prendre mon mal en patience, parce qu'il était fort naturel que les gens qui allaient à pied souffrissent quelque chose de ceux qui étaient à cheval ». Cependant il me laissa passer, sans doute pour me faire sentir doublement sa supériorité".  Horace-Bénédict de Saussure (1740-1799) Premiers voyages au Mont-Blanc, Club des Libraires de France, p. 218

Aucun commentaire:

Publier un commentaire