samedi 11 mars 2017

Rencontres chimériques dans les Monts D'Arrée





Animal insolite chassé dans les environs de Brennilis



La propriétaire du bar, à Saint Cadou, m'a assuré qu'il s'agit d'un Dahu : "J'en suis certaine, c'est moi-même  qui l'ai commandé". Pour moi c'est plutôt une Licorne (une variété très rare, de la famille des léporidés). Nous sommes restés sur nos positions.



Chimère :  "Animal fabuleux ayant la tête et le poitrail d'un lion, le ventre d'une chèvre et la queue d'un serpent. Être ou objet bizarre composé de parties disparates, formant un ensemble sans unité" (Dictionnaire de français Larousse).

7 commentaires:

  1. Je dirais que c'est un lièvre avec un os de poulet vissé au crâne par le cousin qui a une perceuse et des bonnes idées, mais ce n'est pas très poétique.

    RépondreSupprimer
  2. L'hypothèse du cousin me parait plausible, celle de l'os de poulet un peu moins.

    RépondreSupprimer
  3. Quand ma mère était petite on racontait (paraît-il) que des pattes
    poussaient aux serpents aux alentours de la centrale (de Brennilis)
    donc pourquoi pas des lièvres géants avec un moignon de troisième
    oreille au milieu de la tête?...

    RépondreSupprimer
  4. Ah, plutôt d'accord pour le lièvre à l'os de poulet !!! Comme un mutant près de l'ancienne centrale nucléaire de Brennilis !!!
    Un dahu à Roc'h Trevezel !!! Ma doue benniget !
    Quoiqu'il en soit Dahu, Jackalope, Licorne s'invitent pour nourrir les imaginaires... et relisons Xavier Grall ...
    " Par les chemins noirs
    De l'Arrée
    Où vont-ils les déments ?
    Ils poussent des troupeaux souillés
    Dans les vallons de tourbes
    Et dans leur caboches molles
    Des cloches d'airain cognent
    Des glas épouvantables
    Et de torrides effrois.....
    .......
    Et c'est en titubant
    À Botmeur Commana et Basparts
    Qu'ils arpentent les chemins du néant
    Face à la haine des pierres et au cynisme des ifs
    Nos déments, nos semblables, nos frères.."
    Genèse et derniers poèmes. 1982

    RépondreSupprimer
  5. Si j'étais un cervidé je n'aimerais pas que l'on prenne mes andouillers (même transplantés dans le crâne d'un lièvre)pour des os de poulet.

    RépondreSupprimer
  6. Vous seriez un cervidé susceptible.

    RépondreSupprimer
  7. Oui,
    " Par les chemins noirs
    De l'Arrée
    Où vont-ils les déments ?
    (...)
    Et dans leur caboches molles
    Des cloches d'airain cognent
    (...)
    Et c'est en titubant
    (...)
    Qu'ils arpentent les chemins du néant
    (...)
    Nos déments, nos semblables, nos frères.."
    : je pense de toutes mes forces à ce petit garçon de huit ans sur qui se sont abattus, à Pont de Buis, démence, néant, ténèbres.

    RépondreSupprimer