samedi 8 avril 2017

Des pulsions animales dans l'électorat américain?



J'apprécie beaucoup Vittorio Zucconi, un des plus grands journalistes italiens. Il faut dire que l'autre jour, en commentant le limogeage de Stephen Bannon du Conseil de sécurité des Etats Unis,  il a tenu des propos politiquement peu correctes : "Finalement des bonnes nouvelle en provenance de la Maison blanche : (...) la destitution de Bannon représente une victoire des "adultes" de la Maison Blanche (...) sur des personnages qui n'ont aucune compétence politique et qui servent tout juste à exciter les esprits les plus animaux  (sic) du président et de ses électeurs".

Opposer les "adultes" aux "animaux" n'est plus à la mode. Autrefois, il était courant de reprocher aux tribuns de l'extrême droite de réveiller  notre "partie animale". Aujourd'hui, avec une formule de ce genre,  on risque d'être attaqué en justice aussi bien par les leaders populistes que par la SPA*.

* Je ne saurais pas situer, dans ce débat, le point de vue de Brigitte Bardot.

http://video.repubblica.it/dossier/trump-presidente/trump-rimuove-bannon-zucconi-finalmente-una-buona-notizia-dalla-casa-bianca/272441/272949?ref=RHPPLF-BH-I0-C8-P2-S1.8-T2





Aucun commentaire:

Publier un commentaire