lundi 24 avril 2017

L' "effet dobermann" (en marge aux élections présidentielles)


Cela fait  plus de vingt ans, à la sortie d' Aix-en-Provence en direction du Lubéron. La dame de la station de service avait "embauché" un dobermann : "Comme ça, on est plus en sécurité".  À chaque fois  que je m'arrêtais pour mettre de l'essence je me faisais renifler par son chien. J'ai fini par m'approvisionner ailleurs.

Plus tard, pour d'autres raisons, j'ai quitté Aix-en-Provence, qui reste néanmoins une ville charmante.*

*Je sais bien que certains dobermann sont très gentils et que leurs propriétaires ne votent pas forcément pour l'extrème droite.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire