dimanche 28 octobre 2018

Le Plaisir de tuer (le parler franc de Monsieur de Boisguilbert)




Interrogé sur Europe1 par la journaliste Wendy Bouchard, l'ancien porte-parole de la Fédération nationale de la chasse  Pierre de Boisguilbert a récemment déclaré : « Je tue par plaisir et j'assume. [...] Je chasse par amour, parce que j'ai un amour immodéré pour la nature. »
Les critiques ont foisonné, portant notamment sur le caractère contradictoire de ces déclarations. C’est un tantinet emphatique, peut-être, mais cela décrit honnêtement la perception que beaucoup de chasseurs ont de leur pratique. Monsieur de Boisguilbert a le mérite d’être franc, alors que beaucoup de chasseurs, aujourd’hui, trouvent plus opportun de cacher leur « plaisir de tuer » derrière des argumentations de type écologiste*. Est-ce que Monsieur de Boisguilbert est un psychopathe comme le prétendent plusieurs  commentateurs ? Est-il un homme particulièrement violent comme le laissent entendre les lecteurs de la revue 30 Millions d’Amis ? Faut-il avoir peur de lui ? Je n’ai aucun élément pour répondre à ces questions.
Ceux dont en revanche j’ai peur, et que je ne voudrais surtout pas rencontrer, sont les commentateurs de 30 Millions d'amis  dont je reporte ici les propos. Ils n’aiment pas la chasse, ce qui est tout à fait compréhensible. Sont-ils pour autant moins violents et mortifères que Monsieur de Bosguilbert ?




*J’en profite pour renvoyer à mon vieil article, disponible en ligne,  “L’invention du chasseur écologiste : un exemple italien”, Terrain, 13 : 130-9.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire