samedi 28 novembre 2015

La vie en rose



Niccolò Antonio dit Colantonio Saint Jérôme retirant l'épine de la patte du lion, dans son cabinet de travail (1445)

Je ne saurais pas dire si, une fois sorti des barreaux, le pitbull du quotidien La Repubblica fera un carnage ou si, comme le lion reconnaissant de Saint Jérôme, il s'assoira à côté de la dame pour prendre un apéritif. Je peux en revanche comparer cette "parabole" aux autres  mythes animaliers que ce journal nous offre régulièrement.  Il y a trois ou quatre jours, par exemple, il était question d'amitiés à la fois intraspécifiques (reportage sur un couple de chats homosexuels*) et interspécifiques (copinages bizarres entre espèces différentes). Le jour suivant on a parlé d'Howard, un chien soldat qui a retrouvé son dresseur (émouvant). On s'est inquiété pour la fille d'Aurora, une oursonne née prématurément à Powell, Ohio  (l'équipe médicale reste modérément optimiste). On a ri devant des clichés d'écureuils obèses (ah ah, même les écureuils sont obèses, ça alors  ...). Et on a particulièrement apprécié des montages photographiques insérant des chats  dans des œuvres d'art du genre La Vénus du Botticelli (titre du service : " Lorsque le chef d'œuvre fait maiou").


L'univers des animaux, pour la Repubblica, est un réservoir d'histoires édifiantes,  une salle des fêtes où tout le monde se donne des accolades,  un rassemblement  de boy-scouts,  gentils et serviables, qui sont  juste là pour montrer le bon exemple.

* Selon Anna Mannucci c'est une conjecture  du journaliste : en réalité ils ne seraient pas homosexuels, mais peu importe.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire