dimanche 14 mai 2017

Drôle de philanthrope



Chenil vide

Une amie à moi avait un voisin un peu spécial. De temps à autre il allait à la fourrière récupérer des chiens abandonnés. Il choisissait les plus abîmés. Il les réconfortait, il les soignait, il les remettait en état de marche. Et à la fin, trouvant qu'ils étaient trop gâtés, il les pendait.


Una mia amica aveva un vicino un po' speciale. Di tanto in tanto andava al canile municipale a recuperare dei cani abbandonati. Sceglieva i più malandati. Li confortava, li curava, li rimetteva a nuovo. E poi, trovandoli troppo viziati, li impiccava.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire