mercredi 12 septembre 2018

"Ah, ce n'était pas un voleur? Désolé" (autour de certains bergers allemands)



Berger allemand qui n'y est pour rien (image puisée au hasard dans le net)

La scène est rapide. Accompagné par  son épouse, un psychiatre romain responsable du département de santé mentale de la ville de Fondi, dans le Latium,  visite le jardin de la maison qu’il s’apprête à acheter. Un berger allemand fonce sur le spécialiste et met fin à ses jours*. Les deux, paraît-il,  s’étaient déjà rencontrés et tout s'était bien passé. L’opinion publique défend le chien : « Lorsqu’on les laisse seuls trop longtemps, ils deviennent fous  … ».**

* Le psychiatre ne mourra qu'un peu plus tard, précise la presse, ce qui prouve que le chien, finalement, n’était pas aussi méchant qu’on le prétend.


**Je reviendrai sur l’article du Corriere della sera qui commente ce fait : https://roma.corriere.it/notizie/cronaca/18_settembre_10/cane-scambia-un-ladropsichiatra-sbranato-alla-moglie

Aucun commentaire:

Publier un commentaire