vendredi 4 septembre 2015

Animistes et fétichistes.



Illustration :  têtes de sanglier et de chamois (pas très autochtone) dans un restaurant de Haute-Corse. Certains voient dans le "culte" des trophées (même des trophées de chez nous), des survivances animistes. On peut douter que ce soit toujours le cas. (Cliché Sergio Dalla Bernardina).



L'Église n'aime pas le terme "animisme", qui prête à confusion  : si toutes les cultures prévoyant l'existence d'une âme séparée de son support matériel (le corps) étaient "animistes", ce qualificatif vaudrait aussi pour l'Occident chrétien. A l'époque des missionnaires, pour faire la part entre nous et les animistes (qualifiés aussi d' "idolâtres"), on a préféré le terme "fétichisme" (est fétichiste celui qui vénère des fétiches). L'arrivée de la  psychanalyse a brouillé les cartes (est fétichiste celui qui etc.).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire