mercredi 30 décembre 2015

Le chef des chiens refuse le dialogue


Ce n'est pas la première fois qu'une délégation d'humains cherche à négocier avec des représentants du monde animal :  "Les   Mélanésiens de  Nouvelle-Calédonie n'avaient jamais vu de chien. En  1845, les missionnaires, pour se débarrasser de l'« importunité  »  des  indigènes,  firent  venir,  par  la  corvette  Le  Rhin, une troupe  de  chiens.  Le  chien  le plus entreprenant pour courir sus aux  indigènes et  leur  mordre  les mollets fut nommé  Rhin.  Or,  un jour,  nous raconte  un capitaine naufragé qui séjourna plusieurs mois à Balade chez les missionnaires, un chef des  environs  arriva en ambassadeur,   avec l'étoffe  blanche  (écorce battue de Broussonetia) ·sur le bras, demandant une audience au « chef des chiens », c'est à dire à Rhin, pour faire la paix et instituer de bons rapports avec les chiens. On le conduisit à Rhin,  mais  la  paix  ne  fut  sans  doute  pas  conclue puisque  l'année suivante , la mission  fut  détruite  et  celui qui excitait  le plus  les chiens contre les indigènes,  le frère de Blaise  Marmoiton,  fut  tué  ainsi  que Rhin."*

* André Georges Haudricourt. "Domestication des animaux, culture des plantes et traitement d'autrui", in L'Homme II (1) 1962 p. 49  


Aucun commentaire:

Publier un commentaire